Les trucs des pros (ajout)

J’ai mis en ligne un Storify avec les hyperliens qui semblent vous avoir tant fasciné.

Mais j’ai pu l’intégrer au blogue du cours directement, ce qui fait que vous avez le même contenu ci-dessous.


  1.  

    D’abord, quelques bottins pour trouver des fonctionnaires. Au fédéral, ça s’appelle les Services d’annuaires gouvernementaux électroniques (SAGE).

  2. Dans les résultats de recherche, prêtez une attention particulière à la liste d’hyperliens, en bas de page. Il s’agit d’une arborescence inversée des ensembles dont fait partie le ou la fonctionnaire que vous avez trouvé(e).
  3. Au provincial, on trouve rapidement les numéros de poste des fonctionnaires grâce au Répertoire téléphonique (Reptel) du personnel de la fonction publique.
  4. Pas de bottin unifié pour les municipalités. Mais le Répertoire des municipalités vous donne d’autres informations utiles, notamment le gentilé à utiliser dans vos reportages.
  5. Pour trouver des professionnels régis par un ordre, il faut d’abord trouver le site web de l’ordre en question. Comme il y en a 52 au Québec, un bon point de départ est cette liste offerte par l’Office des professions.
  6. Sur les sites des ordres, cherchez le «Tableau de l’ordre», sinon le «Bottin des membres», sinon un hyperlien, un bouton ou un onglet qui dit quelque chose comme «Trouvez un professionnel». Voici des liens directs vers les sites des ordres professionnels qui ont le plus souvent affaire à des journalistes: le Barreau (avocats), le Collège des médecins, l’Ordre des ingénieurs.
  7. N’oubliez pas le Registre des aéronefs de Transport Canada pour savoir à qui appartient un appareil (avion, hélicoptère, etc.) qui se retrouverait dans l’actualité pour une raison ou pour une autre.
  8. Mais le plus utile de tous les outils de recherche offerts gratuitement par l’État québécois est sans contredit le Registre des entreprises.
  9. Une fois que vous avez trouvé l’adresse de quelqu’un grâce au REQ, vous pouvez aller plus loin en dénichant le rôle d’évaluation de sa propriété. La majorité des municipalités du Québec offrent un outil de recherche public et gratuit pour consulter ce rôle. Les municipalités qui le font sont répertoriées par le site web Québec municipal.
  10. La Ville de Montréal a cependant un outil de recherche unique, dans lequel il faut d’abord entrer le nom de la rue que l’on cherche, puis sélectionner dans quel arrondissement cette rue se trouve, puis sélectionner une adresse parmi une liste.
  11. Ensuite, grâce au numéro de lot qui se trouve sur la fiche d’évaluation de la propriété, on peut aller encore plus loin grâce au Registre foncier. Ici, les services ne sont plus gratuits. Ils sont peu coûteux et il peut valoir la peine, comme journaliste, de s’inscrire au registre afin d’avoir un numéro de code (cette étape, votre inscription, est gratuite) qui accélère sa consultation.
  12. Si le journalisme économique vous intéresse, vous trouverez rapidement tous les documents rendus publics par les sociétés canadiennes cotées en bourse grâce au Système électronique de données, d’analyse et de recherche (SEDAR) offert par l’Association canadienne des valeurs mobilières.
  13. Je vous invite aussi à jeter un oeil de temps en temps sur le Service électronique d’appel d’offres (SÉAO). On y fait parfois des trouvailles intéressantes sur les travaux ou les études que veulent entreprendre divers pouvoirs publics (ministères, municipalités, institutions, etc.)
  14. Enfin, le service le plus intéressant, unique au Québec: Azimut, qui permet notamment de consulter les plumitifs des palais de justice. Offert par la Société québécoise d’information juridique, il coûte très cher, mais peut valoir la peine si vous êtes journaliste indépendant.
%d blogueurs aiment ce contenu :